Parution posthume : Et si on aimait la France, de Bernard Maris

Et si on aimait la France

« Et si on aimait la France, c’est le livre posthume de Bernard Maris qui vient de paraitre chez Grasset. Dans ce court recueil, l’économiste chroniqueur de France-Inter et de Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier, dresse le portrait de la France qu’il aime et dont il déplore qu’on la contemple de manière si pessimiste.

En hommage à Bernard Maris; alias Oncle Bernard; échange autour de l’économie dans la littérature entre Thomas Piketty et Michel Houellebecq.

(Enregistré en public sous chapiteau place du Palais Royal le 30 avril, Réveillon du Premier Mai.) »

Suivez ce lien pour écouter l’émission de France inter : http://bit.ly/1Ghf6aS

Et celui-ci pour accéder au site de Grasset, l’éditeur de l’ouvrage de Maris : http://bit.ly/1IFDnZS

Publicités

Comme certains d’entre vous le savent, Houellebecq, très affecté par la mort de son ami Bernard Maris, a décidé de suspendre la promotion de son nouveau livre. Toutefois, Canal + diffusera finalement lundi son entretien avec l’écrivain, après l’avoir déprogrammé plus tôt cette semaine.

Crédits photo : Philippe Matsas

Voici les liens vers les articles sur ces sujets :

http://bit.ly/1jw5Mrv

http://bit.ly/1RiXkX7

http://bit.ly/1VZC21X

Quant à moi, je suis arrivée à Paris aujourd’hui, pour y entreprendre un séjour de six mois, lié à mon doctorat sur Proust. Je n’ai pu prendre part au rassemblement pour les victimes, mais je suis de tout coeur avec tous ceux touchés de près ou de loin par les terribles événements des derniers jours.

Le libéralisme économique : par delà bien et mal… Houellebecq s’y oppose depuis longtemps.

MH photo 8

« » Nous devons lutter pour la mise en tutelle de l’économie et pour sa soumission à certains critères que j’oserai appeler éthiques. « »

Michel Houellebecq, « Dernier rempart contre le libéralisme », Le Sens du combat, cité dans Houellebecq économiste, un essai de Bernard Maris.

Le sens du combat, Flammarion

« [L]e capitalisme, par essence, est apatride, a-national, a-familial, amoral, parce que tous les liens humains entravent la course folle des affaires. Or le capitalisme a besoin d’être libre de traiter avec n’importe qui, car sa seule morale, c’est la maximisation du profit et la suppression des concurrents. »
Extrait d’un discours de Michel Chartrand, syndicaliste québécois.

Il serait temps que cela change, et Michel Houellebecq n’est pas le seul à le dire. D’autres personnes pointent du doigt la spéculation – que je trouve affreuse – sur les denrées de base. Il serait grand temps de légiférer, de cravacher un libéralisme sans frein et sans foi. Parce qu’il devrait, il doit y avoir des limites.

« Les particules économiques », un article de Mediapart sur la sortie récente (4 septembre) de Houellebecq économiste de Bernard Maris

Houellebecq économiste, à paraître en septembre 2014.

Houellebecq économiste, à paraître en septembre 2014.

Pour lire l’article, c’est ici : http://blogs.mediapart.fr/edition/bookclub/article/120914/les-particules-economiques

Voici une vidéo sur l’essai Houellebecq économiste, de Bernard Maris, qui paraîtra en septembre prochain :

Michel HouellebecqMH économiste

Cette vidéo nous en dit un peu plus sur le contenu de cet essai prometteur, qui paraîtra chez Flammarion le 3 septembre prochain :

http://pouvoirpolitique.com/houellebecq-leconomie-et-nous/

« Michel Houellebecq, la possibilité d’un économiste »

MH économisteMH photo 2

Suivez ce lien pour lire l’article du Figaro « Michel Houellebecq, la possibilité d’un économiste », qui parle de la parution prochaine, chez Flammarion, de l’essai Houellebecq économiste, du professeur d’économie, conseiller et journaliste Bernard Maris :

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/06/24/03004-20140624ARTFIG00365-michel-houellebecq-la-possibilite-d-un-economiste.php