Miroir du nihilisme. Houellebecq éducateur, un essai de Michel Onfray

 

Michel Onfray, Miroir du nihilisme. Houellebecq éducateur, Paris, Galilée, 2017 (14 septembre), 144 p., 16 euros.

Dessin par Valerio Adami.

Présentation fournie par l’éditeur :

« Le grand romancier est celui qui, tel le Voyant de Rimbaud, montre un réel qu’on n’a pas vu ou, dans le réel, ce qu’on n’y aura pas vu.
Dans Soumission, Michel Houellebecq creuse son sillon ironique en proposant l’aventure de la collaboration : ce livre est en effet le grand roman de la collaboration.
La soumission aux puissants du moment relève de l’éthologie : elle suppose la fascination des âmes en peine pour la puissance qui les méprise et veut leur sujétion.
Soumission est un miroir tendu à la face des collaborateurs ; comment ceux-là auraient-ils pu s’y mirer sereinement ?
La réception de cette œuvre renseigne sur le fonctionnement de notre époque. L’intelligentsia, si prompte dans l’histoire à jouir de la botte qui lui écrase le visage, s’est grandement déchaînée contre l’homme qui annonce le cancer et qu’on rend responsable de la maladie qu’il diagnostique. Ce Miroir du nihilisme fait de Michel Houellebecq un éducateur au sens que Nietzsche donnait à ce mot quand il parlait de Schopenhauer. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s