Le désert et la jungle

mh-expo Photo prise par Houellebecq exposée au Palais de Tokyo dans le cadre de l’exposition « Rester vivant ».

 

La souffrance comme un vide environnant, angoissant, et qui grouille, qui vous lacère, qui vous enserre, qui vous bouffe :

« Maintenant je souffre toute la journée, doucement, légèrement, mais avec quelques horribles pointes qui s’enfoncent dans le cœur, imprévisibles et inévitables, un instant je me tords de souffrance, et puis je reviens en claquant des dents à la douleur normale.

La sensation d’un arrachement d’organe si j’arrête d’écrire. Je mériterais l’abattoir. 

Victoire ! Je pleure comme un petit enfant ! Les larmes coulent ! Elles coulent !… »

Michel Houellebecq, Configuration du dernier rivage, extrait du poème « Absences de durée limitée ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s