Sartre, Houellebecq, et l’amour comme possibilité de vivre

IMG_7225

Les deux écrivains partagent une même idée lorsque Sartre écrit, dans L’Être et le néant :

Au lieu que, avant d’être aimés, nous étions inquiets de cette protubérance injustifiée, injustifiable qu’était notre existence ; au lieu de nous sentir « de trop », nous sentons à présent que cette existence est reprise et voulue dans ces moindres détails par une liberté par une liberté absolue qu’elle conditionne en même temps – et que nous voulons nous-mêmes avec notre propre liberté. C’est là le fond de la joie de l’amour : lorsqu’elle existe : nous sentir justifiés d’exister.

Et que Houellebecq écrit, dans La Possibilité d’une île, après que Daniel ait passé ses premiers moments d’amour avec Esther : « ces quelques heures justifiaient ma vie. »

Relevons également cette phrase de Plateforme, quand Michel pense à son bonheur avec Valérie, qui lui donne le goût de vivre (et même du plaisir à faire la cuisine) : « L’amour sanctifie. »

Chez Sartre comme chez Houellebecq, l’amour (heureux) est la possibilité de vivre plutôt que d’exister, parce que son existence est désirée et a un sens.

Le travail ou l’art peuvent-ils produire le même effet ? C’est bien probable, mais souvent en plus durable !

Si on y regarde bien, le travail est valorisé chez Houellebecq, et l’art également bien sûr. Jean-Yves, de Plateforme, a « le goût du travail », mais surtout, Jed Martin, Michel de Plateforme (lorsqu’il pense la plateforme touristique avec Jean-Yves et Valérie, mais pas trop dans son emploi au Ministère), ou Michel des Particules trouvent une forme d’accomplissement dans le travail ou l’art. L’argent a une grande importance chez Houellebecq, car il permet d’acquérir la liberté de vivre, de créer et/ou d’aimer sans entraves si on peut dire. Ainsi les personnages capables d’en gagner beaucoup même en produisant un travail de mauvaise qualité – mais un travail habile, intelligent – comme le fait l’humoriste Daniel dans La Possibilité d’une île, éprouvent une forme de fierté, cynique, certes, mais d’un cynisme à la Diogène, positif, face à ce qu’ils sont capables de réaliser.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Sartre, Houellebecq, et l’amour comme possibilité de vivre »

  1. L’amour pour Renaissance
    « Playa Blanca comme une enclave
    Au milieu du monde qui souffre,
    Comme une enclave au bord du gouffre,
    Comme un lieu d’amour sans entrave. »
    (extrait de Poésie, Michel Houellebecq)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s